Projet de ferme écologique, d’appui sanitaire et de création d’école au Mali (Bamako) dans les valeurs du patrimoine spirituel, intellectuel et culturel de la ville lumière de Tombouctou.

Parcours

Très jeune j’étais passionnée par la découverte de ce qui était différent de moi, par l’étranger et je suis partie au Burkina Faso à mes 18 ans dans une association qui venait en aide aux populations défavorisées. Avec des Burkinabés et des Français rencontrés sur place nous avons monté une association dont les champs d’intervention étaient le soutien scolaire, l’appui sanitaire et le réaménagement de locaux d’enseignants.

Maguelone

Maguelone - Fondatrice.

Parallèlement à ce projet j’ai entrepris des études de littératures modernes car l’élocution claire était pour moi à la base de toute investigation du monde. J’ai pu faire, comme je le souhaitais, ma licence de lettres à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar au Sénégal. Sur le campus universitaire, j’étais la seule française et la seule personne de couleur blanche parmi les 25 000 étudiants et cette expérience a été fondatrice pour comprendre le genre humain.

Un semestre à Montréal pour un doctorat en cotutelle m’a donné envie de quitter la vie universitaire pour une approche de terrain. En 2007 j ai ouvert un café restaurant culturel sur les pentes de La Croix Rousse à Lyon : l’Antre-Autre.

Ce lieu ouvert sans subvention et non sans sacrifice a connu un vrai rayonnement, notamment à travers la diversité des rencontres qui y étaient proposées (scènes slams, concerts, cours de hula-hoop, expositions, cours de chinois par le théâtre, cours de wutao, cafés polyamoureux...) mais surtout grâce à une équipe solaire, de toutes origines, de tous milieux sociaux et de tous âges.

Pendant près de 10 ans l’Antre-Autre a été l’occasion pour moi de me familiariser avec les métiers de cuisinière, de comptable, de gestionnaire, de programmatrice culturelle, de coordinatrice d’événements. Plus de 40 Intervenants s’y mélangeaient certains mois.

J’ai décidé de fermer l’Antre-Autre quand mon projet a pris plus d’ampleur, que l’espace m’a paru trop petit et grâce à sa vente j’ai pu poser les bases de Tombouctou héritage, un projet de ferme écologique, de dispensaire et d’école au Mali.

Le Mali

Parce que c’est mon pays de cœur, qu’il est touché par la migration économique et qu’il y’a encore beaucoup de choses concrètes à faire, parce qu’il y a des modèles d’hommes et de femmes qui avec leur foi ont mis en lumière d’autres chemins que ceux que les sociétés postmodernes ont pris et dont nous vivons l’écueil. Parce que Tombouctou y faisait figure de capitale universitaire, que la science, la médecine, l’agriculture étaient partie intégrante de la religion et que rendre le quotidien sacré allait de pair avec une conscience écologique que tout le monde recherche à appliquer aujourd’hui. Malheureusement détruite en partie par les djihadistes la ville lumière et son héritage sont en train de renaître.

C’est dans cet état d’esprit que j’ai posé la première pierre du projet en construisant le siège social de Tombouctou héritage. Bien sûr je n’ai pas pu travailler à Tombouctou même car la situation politique est encore instable mais à 13km de Bamako, dans la commune de Sanankoroba, dans le village de Banco, se dresse la maison de Tombouctou héritage.

Tombouctou Héritage

MagueloneL’achat d’un terrain en 2016 à un km du fleuve Niger a permis de poser les bases du projet. Le dessin des plans en équipe, la collaboration avec Ibrahim Kone, qui a travaillé longtemps dans sa propre structure et qui a dirigé l’ensemble du chantier au Mali, ont grandement facilité les travaux. Un forage installé en extérieur pour permettre à chacun de prendre l’eau, cinq chambres pour accueillir les équipes et deux salles communes, l’une consacrée aux réunions, l’autre au recueillement et à la cohésion du groupe étaient la configuration de départ du lieu. Les dépenses énergétiques liées au forage pour l’eau et à l’énergie solaire pour l’électricité ont permis de minimiser les coups d’entretien.

le projet s’attache à tisser des liens entre des compétences et des besoins de part et d’autre de la Méditerranée. À travers des valeurs communes de bienséance et de paix, en se mettant au service du concret et en choisissant le cœur comme dénominateur commun, les acteurs de Tombouctou héritage se rejoignent par delà leurs différences et agissent. Une équipe de plus en plus nombreuse vient appuyer le projet et la prochaine étape sera l’achat de terrains pour la mise en place de la ferme.

Trois volets seront développés dans le projet : la réappropriation de la terre et la mise en valeur de ses bienfaits, la santé à travers l’appui sanitaire et le développement d’un dispensaire et aussi en privilégiant le soin par les plantes, l’éducation et la formation à travers la revalorisation de métiers concrets.

Différents partenariats se tissent et donnent de l’élan à notre travail, notamment avec la Maison Artemisia qui promeut la plantation d’une variété d’armoise qui soigne le palu de façon efficace à 97%.

Thibo Musa qui a travaillé sur les plans du siège social de Tombouctou est en train aujourd’hui de créer le site internet du projet. Véronique Billoud qui est en charge de la communication visuelle, a commencé par le logo.

Un spectacle est créé en l’honneur de Tombouctou héritage. Les fonds récoltés iront directement à son bon fonctionnement. Le spectacle a pour nom la traversée, il est mis en scène par Karine Dufaut, écrit par Jacques Chambon, interprété par Brigitte Chambon-Jouffre et Thierno Diallo. La musique sera écrite par Samba Salik.

Différentes collectes ont eu lieu pour organiser le voyage de la première équipe à partir du 3 janvier. À l’issue du voyage un documentaire sur le projet et ses objectifs sera proposé.

Au plaisir de vous faire découvrir la suite très bientôt...
- Maguelone.